Ressources naturelles Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Liens de la barre de menu commune

Liens de l'Office de l'efficacité énergétique

 

Résidentiel - Personnel

Thermopompes à air

Les thermopompes à air extraient la chaleur contenue dans l'air extérieur durant la saison de chauffage et évacuent la chaleur de la maison pendant l'été.

Le plus répandu est la thermopompe air-air, qui puise la chaleur contenue dans l'air pour la transférer, selon la saison, à l'intérieur ou à l'extérieur de la maison.

Les thermopompes air-eau sont peu répandues, et nombre d’entre elles ne sont pas équipées pour le refroidissement; l’exposé qui suit se concentre donc sur les systèmes air air.

Des mini-thermopompes bibloc sans conduites ont fait leur entrée sur le marché canadien. Ces appareils conviennent parfaitement lorsqu'on décide d'améliorer le rendement énergétique d'une maison déjà munie d'un système de chauffage à eau chaude ou de plinthes électriques. Ce sont des unités murales alimentées à l'air libre qui peuvent être installées dans des pièces séparées de la maison. Un seul appareil placé à l'extérieur peut alimenter jusqu’à vingt unités intérieures distinctes installées au mur.

Une thermopompe à air peut être d'appoint, entièrement électrique ou bivalente.

  • Les thermopompes d'appoint sont conçues pour être utilisées avec une source de chauffage supplémentaire, par exemple un système électrique, au mazout ou au gaz.
  • Les thermopompes à air entièrement électriques comportent leur propre installation de chauffage supplémentaire sous la forme d'un système à résistances électriques.
  • Quant aux thermopompes bivalentes, elles constituent un type spécial mis au point au Canada; elles comprennent un brûleur au gaz ou au propane qui augmente la température de l'air qui entre dans le serpentin extérieur. En conséquence, elles peuvent fonctionner à des températures extérieures plus basses.

Les thermopompes à air ont également été utilisées dans certains systèmes de ventilation résidentiels pour récupérer la chaleur contenue dans l'air vicié expulsé à l'extérieur, puis la transférer à l'air frais pompé vers l'intérieur ou à l'eau chaude de consommation.

Fonctionnement de la thermopompe à air

Les thermopompes à air ont trois cycles :

  • le cycle de chauffage
  • le cycle de refroidissement
  • le cycle de dégivrage

Le cycle de chauffage

Au cours du cycle de chauffage, la chaleur est captée de l'air extérieur et pompée à l'intérieur de la maison.

Dans un premier temps, le frigorigène liquide traverse le détendeur et se transforme en un mélange basse pression de liquide et de vapeur. Il s'écoule ensuite vers le serpentin extérieur, qui fait fonction d'évaporateur. C'est là qu'il absorbe la chaleur de l'air extérieur et atteint le point d'ébullition, ce qui le fait se transformer en vapeur à basse température.

Cette vapeur traverse le robinet inverseur jusqu'à l'accumulateur, qui recueille tout le liquide qui reste avant que la vapeur passe au compresseur. La vapeur est ensuite comprimée, ce qui a pour effet d'en réduire le volume et d'en augmenter la température.

Enfin, le robinet inverseur achemine le gaz ainsi chauffé vers le serpentin intérieur, qui est le condenseur. La chaleur contenue dans le gaz chaud est libérée dans l'air intérieur, et le frigorigène se liquéfie sous l'effet de la condensation. Ce liquide retourne vers le détendeur, et le cycle recommence. Le serpentin intérieur est situé dans les conduites, près du système de chauffage.

C'est la température de l'air extérieur qui détermine la capacité de la thermopompe de transférer la chaleur dans la maison. Toute baisse de température réduit la capacité de la thermopompe d'absorber la chaleur.

Au point d'équilibre, la puissance de la thermopompe correspond aux pertes de chaleur de la maison. Sous cette température, la thermopompe ne comble que partiellement les besoins de chaleur servant à maintenir une température confortable dans les aires de séjour; il faut donc utiliser alors un chauffage d'appoint.

Lorsque la thermopompe fonctionne en mode chauffage sans apport supplémentaire de chaleur, l'air qui s'en dégage est plus frais que l'air chauffé par un appareil de chauffage conventionnel. L'air que ces appareils distribuent dans les aires de séjour oscille normalement entre 55 °C et 60 °C, tandis que les thermopompes produisent une plus grande quantité d'air variant de 25 °C à 45 °C et fonctionnent habituellement pendant de plus longues périodes.

Le cycle de refroidissement

Le cycle décrit ci-dessus est inversé durant l'été afin de refroidir la maison. L'appareil puise la chaleur dans l'air de la maison et la rejette à l'extérieur.

Tout comme pendant le cycle de chauffage, le frigorigène liquide traverse le détendeur et se transforme en un mélange basse pression de liquide et de vapeur. Il se dirige ensuite vers le serpentin intérieur, qui sert d'évaporateur. Absorbant la chaleur de l'air intérieur, il atteint le point d'ébullition et se transforme en vapeur à basse température.

Cette vapeur traverse le robinet inverseur jusqu'à l'accumulateur, lequel recueille tout le liquide restant, puis se dirige vers le compresseur. Celui-ci comprime la vapeur, ce qui en réduit le volume et en augmente la température.

Enfin, le gaz ainsi chauffé traverse le robinet inverseur vers le serpentin extérieur, qui fait fonction le condenseur. La chaleur contenue dans le gaz chaud est libérée dans l'air extérieur, et le frigorigène se liquéfie sous l'effet de la condensation. Le liquide retourne au détendeur, et le cycle recommence.

Au cours du cycle de refroidissement, la thermopompe déshumidifie également l'air intérieur. L'humidité contenue dans l'air circulant à la surface du serpentin intérieur se condense sur les parois du serpentin et tombe dans une cuve collectrice située sous le serpentin. Un tuyau d'évacuation du condensat relie la cuve au drain de la maison.

Le cycle de dégivrage

Si la température extérieure s'approche du point de congélation ou descend sous ce point pendant que la thermopompe fonctionne en mode chauffage, l'humidité de l'air circulant à la surface du serpentin extérieur se condense, et le serpentin givre. L'accumulation de givre dépend de la température extérieure et du degré d'humidité de l'air.

La présence d'une couche de givre diminue l'efficacité du serpentin, car elle réduit sa capacité de transférer la chaleur au frigorigène. Il faut donc, à un moment ou à un autre, faire disparaître le givre. À cette fin, la thermopompe passe au mode dégivrage.

D'abord, le robinet inverseur règle l'appareil en mode refroidissement. Cela propulse du gaz chaud vers le serpentin extérieur pour faire fondre le givre. Simultanément, le ventilateur extérieur (qui souffle habituellement l'air froid sur le serpentin) se ferme afin de réduire la quantité de chaleur requise pour faire fondre le givre.

Pendant ce temps, la thermopompe libère de l'air frais dans les conduits. En règle générale, le système de chauffage réchauffe l'air à mesure qu'il est distribué dans la maison.

Il y a deux façons de déterminer le moment où l'appareil passe au mode dégivrage. Dans le premier cas, des commandes de dégivrage sur demande contrôlent la circulation de l'air, la pression du frigorigène, la température de l'air ou des serpentins ou les écarts de pression dans le serpentin extérieur afin de détecter la présence de givre sur celui-ci.

Dans le second cas, une commande de dégivrage à sonde et minuterie est actionnée et interrompue par une minuterie ou par une sonde de température située sur le serpentin extérieur. Le cycle peut se déclencher à intervalles de 30, 60 ou 90 minutes, selon les conditions atmosphériques et la conception de l'installation.

Le déclenchement intempestif du cycle de dégivrage réduit le rendement saisonnier de la thermopompe. En règle générale, il est donc plus efficace de recourir au dégivrage sur demande, étant donné que le cycle de dégivrage n'est déclenché qu'au besoin.

Composition de l'installation

Figure 2a : Éléments de la thermopompe à air (cycle de chauffage)

Figure 2b : Éléments de la thermopompe à air (cycle de refroidissement)

Tout comme les autres appareils de chauffage, la thermopompe à air possède des serpentins intérieur et extérieur, un robinet inverseur, un détendeur, un compresseur et des conduits. Par contre, ce système est également muni de ventilateurs qui soufflent l’air sur les serpentins ainsi que d’une source de chaleur supplémentaire. Le compresseur peut être situé à l’intérieur ou à l’extérieur de la maison.

Figure 3 : Thermopompe d'appoint

Dans le cas d'une thermopompe entièrement électrique, la chaleur supplémentaire provient d'une série de générateurs de chaleur à résistances situés dans l'enceinte principale de circulation de l'air, appelée chambre de distribution, en aval du serpentin intérieur de la thermopompe. Si la thermopompe est un appareil d'appoint, la chaleur supplémentaire est fournie par un système de chauffage, qu'il fonctionne à l'électricité, au mazout, au gaz naturel ou au propane. Le serpentin intérieur de la pompe est situé dans la chambre de distribution, habituellement juste au-dessus du système de chauffage. Dans le cas d'une mini-thermopompe bibloc sans conduites, de la chaleur supplémentaire peut être fournie par le système à eau chaude ou les plinthes électriques.

Systèmes de chauffage supplémentaire

La plupart des thermopompes doivent être complétées par une installation de chauffage d'appoint. Les thermopompes à air sont habituellement réglées de façon à s'arrêter lorsqu'elles atteignent leur point d'équilibre thermique ou économique. Elles peuvent aussi nécessiter un surplus de chaleur (aussi appelé chaleur d'appoint ou chaleur auxiliaire) pendant le cycle de dégivrage.

Ce surplus de chaleur peut provenir de n'importe quel genre de système de chauffage dont le fonctionnement peut être commandé par le thermostat de la thermopompe. La plupart des systèmes de chauffage d'appoint sont des systèmes centraux au mazout, au gaz ou à l'électricité, mais bon nombre de pompes géothermiques récemment mises sur le marché comprennent des dispositifs de chauffage des conduites qui fournissent la chaleur auxiliaire nécessaire. Bon nombre de pompes géothermiques récemment mises sur le marché comprennent des dispositifs de chauffage des conduites qui fournissent la chaleur auxiliaire.

Point d'équilibre d'une thermopompe à air typique

La figure illustre le point d'équilibre thermique d'une thermopompe à air type. À droite de ce point, la thermopompe peut répondre à tous les besoins de chauffage de la maison. À gauche, les pertes de chaleur de la maison sont supérieures à la puissance de la thermopompe et il faut donc avoir recours à une source de chaleur d'appoint en plus de la puissance de la thermopompe; cela ne s’applique que lorsque de la chaleur supplémentaire est nécessaire.

Dans la partie ombrée, le double mode de fonctionnement de la thermopompe. Lorsque la température extérieure ne restreint pas le fonctionnement de la thermopompe, celle-ci répond aux besoins de chauffage primaire chaque fois que le thermostat déclenche la production de chaleur. Lorsqu'il y a demande de chaleur secondaire, la thermopompe cesse de fonctionner si elle sert d'appareil d'appoint. Elle continue toutefois à fonctionner si elle est entièrement électrique; dans l'un ou l'autre cas, le système de chauffage supplémentaire fournit la chaleur demandée jusqu'à ce que tous les besoins de chaleur aient été comblés.

Lorsque la température extérieure restreint le fonctionnement de la thermopompe, une sonde de température extérieure arrête la thermopompe dès que la température tombe au-dessous du seuil préétabli. Seul le système de chauffage supplémentaire fonctionne lorsque la température chute sous ce point. La sonde est habituellement réglée pour arrêter la thermopompe à la température qui correspond au point d'équilibre économique, ou à la température extérieure au-dessous de laquelle il est plus rentable de chauffer au moyen du système d'appoint.

Thermopompes air air homologuées ENERGY STAR

Les thermopompes air air homologuées ENERGY STAR répondent aux critères suivants :

  • un taux de rendement énergétique saisonnier (SEER) de 14,5 pour les systèmes biblocs
  • un coefficient de performance de saison de chauffage (CPSC) de 7,1

Liste de modèles : thermopompes à air
Usines fabriquant des modèles homologués ENERGY STAR

Les fabricants et les détaillants apposent le symbole ENERGY STAR sur les modèles qui offrent un rendement énergétique égal ou supérieur aux normes ENERGY STAR. La plupart des fabricants d’appareils de chauffage et de ventilation produisent maintenant des modèles de haute efficacité qui répondent aux normes ENERGY STAR.

On trouve habituellement le symbole ENERGY STAR au verso de la brochure du fabricant, à côté de l’étiquette ÉnerGuide. Utilisez la cote d’efficacité ÉnerGuide pour connaître le SEER et le CPSC du produit et cherchez le symbole ENERGY STAR afin de trouver le modèle ayant le meilleur rendement énergétique sur le marché.

Le fonctionnement d’une thermopompe air air de haute efficacité est optimisé lorsqu’elle est utilisée avec un thermostat programmable ENERGY STAR. Ces thermostats présentent quatre réglages de température, des options de programmation pour les jours de semaine et pour la fin de semaine et d’autres caractéristiques énergétiques qui améliorent le confort. Ils règlent automatiquement la température de votre maison selon le niveau de confort que vous choisissez; vous pouvez les programmer afin qu’ils abaissent la température quand vous êtes au travail ou qu’ils l’augmentent quand vous êtes à la maison.

Efficacité

Au Canada, où la température de l'air peut descendre sous –30 °C et où la température du sol en hiver varie entre –2 °C et 4 °C , les systèmes à pompe géothermique ont un coefficient de performance (CP) allant de 2,5 à 3,8.

Les figures 14 et 15 illustrent les coefficients de performance de la saison de chauffage (CPSC). Ces coefficients sont calculés à peu près de la même manière que ceux associés aux thermopompes à air sauf que, dans ce cas-ci, on tient compte de la puissance des systèmes offerts sur le marché et de la température des eaux souterraines dans diverses régions du Canada. On connaît le CP et le RE des pompes géothermiques, mais il faut quand même évaluer leur performance pendant la saison de chauffage pour être en mesure de comparer leurs coûts de fonctionnement avec ceux des thermopompes à air.

Dans les régions méridionales du Canada, le CPSC des pompes géothermiques à circuit ouvert varie de 10,7 à 12,8 comparativement à un CPSC de 3,4 pour le chauffage à résistances électriques. Toujours dans les régions méridionales, les installations à circuit fermé ont un CPSC variant entre 9,2 et 11,0, la valeur la plus élevée étant celle du système à circuit fermé le plus efficace sur le marché. La figure 14 montre les CPSC des systèmes à circuit ouvert dans diverses régions climatiques du Canada, tandis que la figure 15 illustre le CPSC des systèmes à circuit fermé.

Économies d'énergie

Une pompe géothermique vous fera économiser beaucoup en frais de chauffage et de refroidissement. Elle permet des économies de l'ordre de 65 p. 100 des frais occasionnés par l'utilisation d'un système de chauffage électrique.

Économies d'énergie

Une pompe géothermique vous fera économiser beaucoup en frais de chauffage et de refroidissement. Elle permet des économies de l'ordre de 65 p. 100 des frais occasionnés par l'utilisation d'un système de chauffage électrique.

Figure 14 : Coefficient de performance de la saison de chauffage (CPSC) pour les pompes géothermiques à circuit ouvert au Canada (de gauche à droite)



CPSC de 10,8 à 13,0

CPSC de 10,7 à 12,8

CPSC de 10,1 à 12,0

CPSC de 9,9 à 11,7
Chilliwack (C.-B.)
Nanaimo (C.-B.)
Richmond (C.-B.)
Vancouver (C.-B.)
Victoria (C.-B.)
Kelowna (C.-B.)
Nelson (C.-B.)
Penticton (C.-B.)
Chatham (Ont.)
Hamilton (Ont.)
Niagara Falls (Ont.)
Toronto (Ont.)
Windsor (Ont.)
Halifax (N.-É.)
Yarmouth (N.-É.)
Kamloops (C.-B.)
Prince Rupert (C.-B.)
Lethbridge (Alb.)
Medicine Hat (Alb.)
Maple Creek (Sask.)
Barrie (Ont.)
Kingston (Ont.)
Kitchener (Ont.)
London (Ont.)
North Bay (Ont.)
Ottawa (Ont.)
Sault Ste. Marie (Ont.)
Sudbury (Ont.)
Montréal (Qc)
Québec (Qc)
Sherbrooke (Qc)
Moncton (N.-B.)
Saint John (N.-B.)
Amherst (N.-É.)
Sydney (N.-É.)
Charlottetown (Î.-P.-É.)
Grand Bank (T.-N.-L.)
St. John's (T.-N.-L.)
Prince George (C.-B.)
Banff (Alb.)
Calgary (Alb.)
Edmonton (Alb.)
Peace River (Alb.)
Prince Albert (Sask.)
Regina (Sask.)
Saskatoon (Sask.)
Brandon (Man.)
Winnipeg (Man.)
Thunder Bay (Ont.)
Timmins (Ont.)
Chicoutimi (Qc)
Rimouski (Qc)
Shawinigan (Qc)
Edmundston (N.-B.)

Note: Indicated values represent the range from "standard-efficiency" to "high-efficiency" equipment

CPSC de 10,8 à 13,0
CPSC de 10,7 à 12,8

CPSC de 10,1 à 12,0

CPSC de 9,9 à 11,7
Chilliwack (C.-B.)
Nanaimo (C.-B.)
Richmond (C.-B.)
Vancouver (C.-B.)
Victoria (C.-B.)
Kelowna (C.-B.)
Nelson (C.-B.)
Penticton (C.-B.)
Chatham (Ont.)
Hamilton (Ont.)
Niagara Falls (Ont.)
Toronto (Ont.)
Windsor (Ont.)
Halifax (N.-É.)
Yarmouth (N.-É.)
Kamloops (C.-B.)
Prince Rupert (C.-B.)
Lethbridge (Alb.)
Medicine Hat (Alb.)
Maple Creek (Sask.)
Barrie (Ont.)
Kingston (Ont.)
Kitchener (Ont.)
London (Ont.)
North Bay (Ont.)
Ottawa (Ont.)
Sault Ste. Marie (Ont.)
Sudbury (Ont.)
Montréal (Qc)
Québec (Qc)
Sherbrooke (Qc)
Moncton (N.-B.)
Saint John (N.-B.)
Amherst (N.-É.)
Sydney (N.-É.)
Charlottetown (Î.-P.-É.)
Grand Bank (T.-N.-L.)
St. John's (T.-N.-L.)
Prince George (C.-B.)
Banff (Alb.)
Calgary (Alb.)
Edmonton (Alb.)
Peace River (Alb.)
Prince Albert (Sask.)
Regina (Sask.)
Saskatoon (Sask.)
Brandon (Man.)
Winnipeg (Man.)
Thunder Bay (Ont.)
Timmins (Ont.)
Chicoutimi (Qc)
Rimouski (Qc)
Shawinigan (Qc)
Edmundston (N.-B.)

Remarque : Les valeurs indiquées représentent les appareils dont le rendement varie d'« ordinaire » à « élevé ».

Figure 15 : Coefficient de performance de la saison de chauffage (CPSC) pour les pompes géothermiques à circuit fermé au Canada (de gauche à droite)

CPSC de 9,3 à 11,1
CPSC de 9,2 à 11,0

CPSC de 8,9 à 10,6

CPSC de 8,7 à 10,4
Chilliwack (C.-B.)
Nanaimo (C.-B.)
Richmond (C.-B.)
Vancouver (C.-B.)
Victoria (C.-B.)
Kelowna (C.-B.)
Nelson (C.-B.)
Penticton (C.-B.)
Chatham (Ont.)
Hamilton (Ont.)
Niagara Falls (Ont.)
Toronto (Ont.)
Windsor (Ont.)
Halifax (N.-É.)
Yarmouth (N.-É.)
Kamloops (C.-B.)
Prince Rupert (C.-B.)
Lethbridge (Alb.)
Medicine Hat (Alb.)
Maple Creek (Sask.)
Barrie (Ont.)
Kingston (Ont.)
Kitchener (Ont.)
London (Ont.)
North Bay (Ont.)
Ottawa (Ont.)
Sault Ste. Marie (Ont.)
Sudbury (Ont.)
Montréal (Qc)
Québec (Qc)
Sherbrooke (Qc)
Moncton (N.-B.)
Saint John (N.-B.)
Amherst (N.-É.)
Sydney (N.-É.)
Charlottetown (Î.-P.-É.)
Grand Bank (T.-N.-L.)
St. John's (T.-N.-L.)
Prince George (C.-B.)
Banff (Alb.)
Calgary (Alb.)
Edmonton (Alb.)
Peace River (Alb.)
Prince Albert (Sask.)
Regina (Sask.)
Saskatoon (Sask.)
Brandon (Man.)
Winnipeg (Man.)
Thunder Bay (Ont.)
Timmins (Ont.)
Chicoutimi (Qc)
Rimouski (Qc)
Shawinigan (Qc)
Edmundston (N.-B.)

Remarque : Les valeurs indiquées représentent les appareils dont le rendement varie d'« ordinaire » à « élevé ». Dans la pratique, les économies d'énergie réalisées dépendent du climat local, du rendement du système de chauffage en place, du coût du combustible et de l'électricité, de la puissance de l'appareil et du coefficient de performance de la thermopompe, mesuré selon les exigences de la CSA. Plus loin, on comparera les frais de chauffage d'une pompe géothermique avec ceux d'un système de chauffage électrique, en plus des thermopompes à air.

Chauffage de l'eau de consommation

Le recours à une pompe géothermique peut également réduire les frais de chauffage de l'eau de consommation. Certains de ces appareils sont munis d'un désurchauffeur qui utilise une partie de la chaleur recueillie pour préchauffer l'eau, tandis que d'autres modèles plus récents passent automatiquement au chauffage de l'eau sur demande. Grâce à ces particularités, ces installations vous permettent de réduire vos frais de chauffage de l'eau de 25 à 50 p. 100.

Comparaison des coûts de chauffage : Thermopompes et systèmes de chauffage électriques

Facteurs influant sur la comparaison des coûts de chauffage

Les économies auxquelles vous pouvez vous attendre en utilisant une thermopompe pour chauffer votre maison dépendent d'un certain nombre de facteurs :

  • le coût de l'électricité et des autres combustibles dans votre région;
  • l'emplacement de votre maison – la rigueur de l'hiver;
  • le type et l'efficacité de la thermopompe que vous envisagez d'acheter – selon que son CPSC ou son CP la situe plutôt parmi les appareils les moins efficaces ou les plus efficaces
  • la façon dont la thermopompe est dimensionnée ou choisie en fonction de la maison – le point d'équilibre au-dessous duquel il faut utiliser un système de chauffage supplémentaire.

Résultats de la comparaison

Le tableau 2 montre les frais de chauffage occasionnés par huit modèles de thermopompes et un système de chauffage électrique et un au mazout. On a choisi sept endroits au Canada pour établir les comparaisons. Six de ces endroits sont des villes; le septième est la région rurale du centre de l'Ontario. Dans chacun des endroits retenus, le coût de l'électricité est différent. Les résultats dans d'autres villes de la même région climatique peuvent différer en raison des variations du prix de l'électricité.

Le tableau indique l'échelle à l'intérieur de laquelle devraient se situer les frais d'énergie annuels de chaque système, selon la région. On a tenu compte des variations possibles sur le plan de l'efficacité de l'équipement, de la dimension de la maison et des besoins annuels de chauffage, ainsi que du rapport entre le rendement de la thermopompe et les pertes de chaleur de la maison. Selon le tableau 2, c'est à Vancouver, là où le climat est le plus doux, que les frais de fonctionnement sont les plus bas, et ce, pour tous les systèmes. La région rurale du centre de l'Ontario enregistre les coûts de fonctionnement les plus élevés pour la plupart des systèmes. Dans tous ces cas estimatifs, les thermopompes occasionnent des coûts de chauffage annuels moins élevés que les systèmes de chauffage électriques ou au mazout. Il faut aussi noter que, dans tous les endroits étudiés, les pompes géothermiques à circuit ouvert coûtent moins cher à faire fonctionner que les systèmes à circuit fermé.

Les comparaisons présentées dans le tableau 2 portent seulement sur les frais d'énergie servant au chauffage des locaux. Certaines thermopompes sont équipées d'un désurchauffeur servant au chauffage de l'eau de consommation, ce qui peut réduire les coûts de 25 à 50 p. 100. Cela permettrait de réaliser des économies additionnelles et améliorerait le rendement de l'investissement. En outre, il est possible de récupérer de l'argent et d'économiser de l'énergie avec une thermopompe qui peut répondre aux besoins de refroidissement des locaux.

Tableau 2 : Comparaison des coûts de chauffage : Thermopompes et systèmes de chauffage classiques (Fourchette de coûts en $/an. La période de récupération simple en années est donnée en rouge ).

Endroit Système de chauffage avec climatiseur Thermopompe à air d'appoint ajoutée à un système de
chauffage au mazout
  Électrique AFUE à 100 % Au mazout AFUE à 78 % Rendement ordinaire Rendement
élevé
Vancouver 405 à 727 $ 441 à 786 $ 139 à 258 $
3,6 à 5,2 ans
125 à 232 $
4,1 à 6,1 an
Calgary 1 128 à 1 907 $ 930 à 1 536 $ 634 à 1 053 $
3,5 à 4,8 ans
597 à 985 $
3,7 à 5,2 ans
Winnipeg 1 057 à 1 776 $ 1 290 à 2 128 $ 867 à 1 402 $
2,3 à 3,4 ans
837 à 1 346 $
2,6 à 3,8 ans
Région rurale du centre de l'Ontario (North Bay) 1 509 à 2 551 $ 1 072 à 1 764 $ 806 à 1 341 $
4,4 à 5,8 ans
758 à 1 251 $
4,4 à 6,0 ans
Toronto
(Etobicoke)
1 082 à 1 854 $ 803 à 1 338 $ 462 à 766 $
4,3 à 5,9 ans
452 à 755 $
4,0 à 5,7 ans
Montréal 832 à 1 417 $ 716 à 1 190 $ 462 à 766 $
4,3 à 5,9 ans
433 à 712 $ 4,5 à 6,5 an
Halifax 1 068 à 1 833 $ 836 à 1 397 $ 452 à 772 $
2,7 à 3,7 ans
414 à 701 $
2,9 à 4,1 ans


Endroit Thermopompe à air avec système d 'appoint à résistances électriques Pompe géothermique à circuit ouvert Pompe géothermique à circuit fermé
  Rendement ordinaire Rendement élevé Rendement ordinaire Rendement élevé Rendement ordinaire Rendement élevé
Vancouver 138 à 258$
4,0 à 5,9 ans
125 à 232 $
4,6 à 6,9 ans
170 à 339$
14,6 à 17,1 ans
141 à 282$
14,2 à 17,0 ans
197 à 394$
29,7 à 33,8 ans
165 à 329 $
26,5 à 31,2 ans
Calgary 689 à 1 137$
2,2 à 3,2 ans
650 à 1 063$
2,4 à 3,6 ans
432 à 863 $
4,9 à 5,3 ans
365 à 730 $
4,9 à 5,3 ans
488 à 975 $
9,6 à 10,3 ans
410 à 820 $
8,8 à 9,4 ans
Winnipeg 750 à 1 225$
3,1 à 4,6 ans
717 à 1 162$
3,3 à 5,1 ans
332 à 665 $
4,6 à 5,0 ans
28 à 562 $
4,7 à 5,2 ans
375 à 751 $
8,7 à 9,3 ans
316 à 632 $
8,3 à 9,1 ans
Région rurale du centre de l'Ontario (North Bay) 935 à 1 531 $
1,8 à 2,7 ans
882 à 1 430
$2,0 à 3,0 ans
453 à 905 $
3,4 à 3,8 ans
382 à 763 $
3,5 à 3,9 ans
515 à 1 030$
6,4 à 7,0 ans
432 à 864 $
6,2 à 6,8 ans
Toronto
(Etobicoke)
529 à 873$
2,0 à 3,0 ans
491 à 801 $
2,2 à 3,4 ans
282 à 493 $
4,3 à 5,2 ans
235 à 411 $
4,6 à 5,5 ans
326 à 571 $
8,0 à 9,6 ans
273 à 477 $
7,9 à 9,6 ans
Montréal 484 à 796$
2,9 à 4,3 ans
454 à 738 $
3,2 à 4,9 ans
314 à 627$
6,9 à 7,4 ans
264 à 528 $
6,8 à 7,6 ans
357 à 713$
13,5 à 14,1 ans
299 à 599 $
12,3 à 13,5 ans
Halifax 471 à 791$
1,6 à 2,4 ans
432 à 719 $
1,8 à 2,7 ans
280 à 490 $
3,8 à 4,6 ans
233 à 409 $
4,0 à 4,8 ans
324 à 567 $
7,0 à 8,5 ans
271 à 474 $
7,0 à 8,4 ans

Remarques :

  1. Les prix de l'électricité reposent sur les prix en vigueur en novembre 2003 dans le secteur résidentiel, tels qu'ils ont été fournis par les services publics locaux. Les tarifs varient de 5,16 ¢ le kWh (Winnipeg) à 8,67 ¢ le kWh (Toronto).
  2. Les prix du mazout sont les prix « types » des fournisseurs locaux en novembre 2003. Les prix varient de 38,9 ¢ le litre (Montréal) à 50 ¢ le litre (Halifax).
  3. AFUE : Annual Fuel Utilization Efficiency (efficacité d'utilisation annuelle du combustible – Rendement saisonnier).
  4. La période de récupération (donnée en italique) repose sur les économies sur les coûts de chauffage et le coût initial. Le coût initial pour les thermopompes à air est le coût supplémentaire de l'utilisation d'un climatiseur avec la thermopompe. Le coût initial des pompes géothermiques comprend le coût d'installation de l'appareil.
  5. Pour déterminer tous les coûts, on a eu recours au logiciel Conseiller en CVC version 2.0, qui a été mis au point par RNCan.
  6. Les coûts indiqués s'appliquent uniquement au chauffage des locaux. Les pompes géothermiques sont souvent équipées d'un désurchauffeur qui facilite le chauffage de l'eau. Un désurchauffeur peut réduire les factures annuelles de chauffage de l'eau à l'électricité de 100 $ à 200 $. L'ajout de ces économies à celles réalisées sur le chauffage des locaux a pour effet de raccourcir la période de récupération des frais d'installation d'une pompe géothermique.
  7. Les coûts indiqués reposent sur les CPSC des figures 7, 14 et 15 et sur des valeurs d'isolant de RSI-3,5 (R-20) pour les murs, de RSI-5,3 (R-30) pour la toiture, de RSI-0,39 (R-2,2) pour les fenêtres et de RSI-1,8 (R-10) pour le sous-sol.
  8. Le coût de l'équipement pour l'analyse de la période de récupération repose sur des données provenant de RSMeans et d'autres sources. Ces coûts ont été ajustés afin de refléter les coûts locaux selon les facteurs d'emplacement fournis par RSMeans.